Abercrombie & Fitch est probablement le magasin sur lequel j’ai entendu le plus de spéculations: «Il y en aura un au Québec, il sera au Carrefour Laval» «sur Ste-Catherine», «à Rockland»… Ouin, on l’attend toujours cette boutique. Notre garde-robe  s’impatiente d’accueillir une petite veste «college boy» marine… Souvenez-vous de la douce période de l’école secondaire où les seuls détenteurs de vêtements identifiés d’un petit orignal étaient ceux qui avec fait un tour l’autre côté des frontières durant l’été. Remémorez-vous tous les autres enfants brimés, qui se sont tous lâchés lousse dans les magasins de New York, lors de leur visite en secondaire 5… Oui, c’est pareil pour toutes les écoles.

Alors que notre patience s’étire, le CEO Mike Jeffries nous rend un peu plus retissant à  recevoir Abercrombie & Fitch dans notre charmante province. Bien sûr, sa stratégie marketing de poster à l’entrée des boutiques de beaux jeunes hommes aux corps de rêve n’a jamais fait l’unanimité… Personnellement, je trouve que c’est une idée géniale!Non pas parce que je suis pâmée devant ces demi-dieux, mais plutôt parce qu’il s’agit d’une image de marque très forte. L’entreprise réussit à se démarquer des autres en proposant un branding unique.

Ce qui me rend plus septique dans l’approche du chief executive officier de 68 ans, c’est sa récente restructuration des tailles, c’est à dire : éliminer des tablettes le XL et le XXL. Avec de bons arguments, j’aurais peut-être pu me laisser convaincre que d’ôter le XXL n’était pas de la discrimination, mais ses récentes déclarations ne m’en donnent plus envie. “Abercrombie is only interested in people with washboard stomachs who look like they’re about to jump on a surfboard.” Ça vous choque? Il poursuit avec ceci : “In every school there are the cool and popular kids, and then there are the not-so-cool kids. Candidly, we go after the cool kids. We go after the attractive all-American kid with a great attitude and a lot of friends. A lot of people don’t belong [in our clothes], and they can’t belong. Are we exclusionary? Absolutely.” Franchement, je ne pense pas que d’exclure 97% de la population, de sa clientèle soit une décision très éclairée.

Mesdames, si comme moi vous êtes d’autant plus choquées parce que les coupures s’appliquent seulement aux vêtements pour femme et bien il y a une explication logique. Ne vous inquiétez pas, Jeffries ne veut pas voir de gros dans ses vêtements… S’il poursuit la conception de taille plus pour les hommes, c’est parce que le design est conçu uniquement pour «fiter» sur les gros muscles des sportifs… LOL

Après des déclarations comme celles-ci, c’est certain que plusieurs deviendront dégoutés d’acheter leur marchandise. Pour ma part, je crois qu’il relève d’un choix personnel de boycotter ou non le magasin. Posez-vous seulement la question: « est-ce que j’ai envie d’encourager cette vision d’entreprise?»

Greg Karber, un jeune américain, a décidé de partir une initiative contre la marque. En gros, il propose aux gens de donner des vêtements Abercrombie & Fitch aux sans-abris. Ce geste va bien entendu à l’encontre des volontés de Mike Jeffries. Personnellement, je trouve que l’approche est beaucoup trop Kony 2012. De plus, cela suggère une discrimination envers les sans-abris qui ne fait pas l’unanimité sur le web. Tout de même, c’est la vidéo qui m’a fait prendre conscience de la nouvelle. Je vous encourage donc à l’écouter et à nous dire ce que vous pensez de toute cette affaire.

 

source: http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/not-available-in-xl-abercrombie–fitch-ceo-mike-jeffries-accused-of-only-wanting-thin-and-beautiful-people-8608022.html