Je ne suis pas du tout le Dalaïlama de la mode. Je travaille pour un magasin à grande surface au Carrefour Laval, je suis influençable comme tout le monde par les publicités et j’ai de la difficulté à ne pas surconsommer… Mais depuis que j’ai vu le documentaire, The true Cost  (dispo sur Netflix) sur l’industrie du vêtement, je me suis mise à me poser beaucoup de questions et à regarder davantage les étiquettes lorsque j’achète mes nouveaux vêtements! Le fameux made in China ou made in Bangladesh me semblait inévitable lors de mes achats, mais en ouvrant l’œil, je me suis rendu compte qu’il est possible d’acheter made in Canada sans pour autant y passer toute notre paye de la semaine.

De plus en plus, les pays valorisent l’achat de produit fait chez eux par toutes sortes d’initiatives. Le Japon pas exemple, taxe à 900 % les importations de riz étranger. Acheter du «Fabriqué au Canada», c’est encourager une économie d’ici, sans oublier les préoccupations sociales et environnementales.

Je me suis donné le défi d’acheter mes prochains vêtements seulement s’ils sont faits au Canada. Très sceptique au début de mon taux de réussite, je me suis vite aperçu que plusieurs magasins à grande surface offre du «Fabriqué au Canada». En voici la preuve, lors de ma dernière visite à l’Aubainerie, j’ai rempli ma cabine d’essayage au complet avec des vêtements fabriqués ici. Je vous entends déjà dire qu’avec des budgets d’étudiant à temps partiel, on ne peut pas se permettre de payer 50$ pour un t-shirt de base en coton, lorsqu’on peut s’en trouver à 5,99$. Et bien, détrompez-vous, car tous les vêtements sur la photo sont 30$ et moins, oui oui! 🙂

Capture d’écran 2015-11-23 à 4.25.22 PM

Ce n’est pas juste une question d’acheter ici dans des usines éthiques et responsables, mais aussi d’acheter moins. Selon le document The true cost, Le monde consomme actuellement environ 80 milliards de nouvelles pièces de vêtements chaque année, soit 400% de plus que la quantité que nous avons consommé il y a 20 ans. Les allées et venues de nos vêtements dans nos garde-robes vont à un rythme de fou! L’Américain moyen génère aujourd’hui 82 livres de déchets textiles chaque année.

Qui gagne à ce jeu de toujours payer moins cher et renouveler notre garde-robe chaque mois? Surtout quelques compagnies multinationales qui dominent le marché. Wal-Mart a un revenu qui surpasse le PIB des 163 pays les plus pauvres de la planète. On peut rapidement se sentir impuissant face à cette industrie, mais ce qu’il faut se rappeler c’est que tous nos achats ont une importance et un impact, car acheter c’est voter!

Avec le temps des fêtes qui approche à grands pas, regardez les étiquettes et mettez-vous au défi d’acheter moins et mieux, vous verrez tout le monde y est gagnants! Bon magasinage! 🙂

Pour les intéressées, voici le trailer du documentaire The true Cost, dont je fais mention dans l’article.