Règle générale, avant de s’envoyer en l’air, il faut d’abord que les personnes concernées soient mutuellement attirées sexuellement. Outre les codes d’attraction comme avoir une préférence pour la couleur des yeux, la grandeur ou bien encore la pilosité, l’attirance sexuelle serait aussi influencée par les phéromones qu’une personne dégage.

Les phéromones, c’est quoi ? Des substances chimiques volatiles que la plupart des animaux sécrètent de leur corps, entre autres par la sueur ou l’urine (miam). Il va sans dire que tant et aussi longtemps que vous posséderez un nez (ou des antennes ?), vous serez en proie aux phéromones !

Leur but est de déclencher une modification du comportement ou de la physiologie, quoique les recherches sur des sujets humains ne cessent de se contredire. Bref, en gros, phéromones = messages chimiques intra espèce. Ah oui, j’oubliais ! Elles ne sentent rien ; elles passeront donc inaperçues.

Les phéromones sont divisées en plusieurs catégories selon le comportement qu’elles induisent. Quand les fourmis ou les termites suivent un chemin imaginaire tracé entre leur colonie et une source de nourriture, c’est grâce aux phéromones (de piste). Quand les abeilles se communiquent la présence d’un danger, c’est grâce aux phéromones (d’alarme). Quand le chien pisse sur la borne-fontaine, délimitant ainsi son territoire de chasse, c’est grâce aux phéromones (d’espacement).

Quand les cycles menstruels de deux femmes se synchronisent, car elles se côtoient très régulièrement, c’est grâce aux phéromones (sexuelles) ! Aussi, en période d’ovulation, la femme sécrète des phéromones sexuelles qui indiqueront qu’elle se trouve, à ce moment-là, dans le bon temps pour être fécondée. C’est weird ça, c’est comme si l’on « communiquait » aux hommes que l’on croise dans la rue de nous faire un bébé genre aujourd’hui ou demain…

Les femmes, elles, sont sensibles aux phéromones masculines (simple logique biologique de reproduction). Lors d’une étude, les participantes ont jugé les visages masculins más caliente si elles venaient tout juste de respirer des phéromones… à leur insu. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour la science, tiens !

Une autre étude a démontré que l’hypothalamus des hommes hétérosexuels demeurait inactif en présence de la phéromone masculine, mais s’activait lorsque ceux-ci respiraient de l’estratetraenol, soit une phéromone féminine.

C’est comme un sortilège d’amour jeté inconsciemment. Un bon poush de phéromones directes dans le nez de l’homme de tes rêves et je n’ai pas besoin de te dire ce qui se passe ensuite !!! Poison Ivy savait ce qu’elle faisait, la coquine !

poison Ivy

Je ne sais pas trop à quoi ça va vous servir de savoir tout ça sur les phéromones parce que de nos jours, ça ne lésine pas sur le déodorant ou le parfum ! Nos phéromones sont expulsées de notre corps et instantanément se demandent comment ça elles se font attaquer par une « infusion de melon juteux » et un « Swiss Army Altitude ». Être des « animaux civilisés », ça vient avec une autre odeur, t’sais.