La crise de la quarantaine, ça vous dit quelque chose ? Évidemment, nos parents, collègues ou amis nous ont tous cassé les oreilles jadis avec cette période de leur vie. Mais existe-t-il aussi une crise de la vingtaine ?! Je suis persuadée que si certaines personnes ressentent le besoin de changements radicaux à 40 ans, genre séparation après 20 ans de mariage, ça peut aussi toucher des gens dans la vingtaine, mais pas de la même façon. À quarante ans, tu fais une rétrospective de la moitié de ta vie. Il y a une remise en question de la personne que tu as été. Mais à vingt ans, la remise en question tourne plus autour de : « Qui ai-je envie d’être ? J’ai envie d’être entouré de qui ? » et c’est à ce moment que tu remets en question certaines amitiés.

Comme les relations amoureuses, la sélection d’une amitié évolue au fil du temps. À l’âge du primaire, tu deviens ami avec quelqu’un parce qu’il est dans ta classe, vous êtes voisins ou vos parents vous ont inscrits au même cours de karaté. Au secondaire, c’est souvent aussi la même chose, mais là tu te mets aussi amis avec des personnes qui te ressemblent un peu plus. Après ces cinq années, plusieurs chemins se séparent et tu gardes comme amis ceux avec qui tu as le plus d’affinités. Puis vient la vingtaine, où tu commences à savoir un peu plus qui tu es et ce que tu veux. C’est là que tu te rends compte qui sont tes vrais amis et qui sont tes amitiés superficielles.

À ce moment, tu réalises que tes vrais amis : ceux qui ne te juges pas ; ceux qui sont là pour essuyer les dernières larmes d’une rupture ; ceux qui partagent un fou rire dont l’origine est inexpliquée ; ceux qui sont aussi bien capables de se confier à toi que de t’écouter te confier ; ceux qui te voit toujours de la même manière même s’ils t’ont vu dans tes pires moments, te vomir dessus genre ; ceux que tu sais que tu peux appeler pour te dépanner quand tu es mal pris, ben ceux-là, ils se comptent sur les doigts.

Une amitié c’est vraiment comme une relation amoureuse : pour qu’elle soit sincère, tu dois prendre le risque de te dévoiler, de montrer à l’autre tes vulnérabilités. Et quand tu réalises que ç’a ce fait que dans un seul sens, tu remets en question l’importance de la présence de cette personne dans ta vie. Viens alors le choix de te battre pour la relation ou de laisser aller une amitié qui fut, mais qui n’est plus. Et c’est là que la crise de la vingtaine apparaît. C’est au moment où tu décides de laisser de côté des amitiés superficielles pour t’investir dans des amitiés réelles. Parce qu’après tout, de vrais amis, c’est pour la vie. Et quand, comme moi, tu te comptes chanceux d’avoir les amis que tu as, les engueulades avec le lover, tout comme les moments de solitudes qui viennent avec le célibat semblent tellement plus anodins. Comme dirait Carrie Bradshaw, peut-être que nos vraies âmes soeurs ce sont nos amis. Comme ça, on met moins de pression sur une seule relation et il ne nous reste plus qu’à avoir du fun avec nos petits copains. Alors, à tous mes vrais amis, merci, pis je vous aime my friends !