Je ne sais pas pour vous, mais pour moi les émotions font partie intégrante de ma vie. Elles se pointent le bout du nez à chaque moment de ma journée, soit pour l’embellir, soit pour l’assombrir. J’ai l’impression d’y être constamment connecté par un fil magique. Je suis dans une famille où tout le monde à l’air de bien gérer ça sauf moi. Si je suis trop heureuse ou triste ou en colère les larmes coulent sans même demander la permission. Pour tout vous dire, ma mère m’avait même donné au début de mon secondaire un petit livre pour apprendre à gérer mes émotions, pour vous dire!

L’émotion serait un phénomène spontané d’environ 6 secondes qui vient nous déstabiliser. Certains sont très en contrôle de leurs émotions, d’autres en souffrent. Cette bibitte-là qu’est l’émotion serait le produit à la fois de nos gênes, de notre éducation et de notre personnalité. Souvent les «émotifs anonymes», on est très susceptible, à fleur de peau, un peu négatif et très braillard, mais ça fait aussi de nous des personnes très à l’écoute des autres, attentionnés et compréhensifs, il ne faut surtout pas oublier ça!

Selon les psychologues évolutionnistes notre gamme d’émotions très vaste s’est inscrite dans nos gènes afin d’assurer notre survie, tandis que selon les psychologues culturalistes, les émotions seraient des codes sociaux qui permettent de communiquer avec les autres.[1] Ce trop-plein d’émotion qui prend parfois trop de place dans nos vies devrait être davantage accepté, puisqu’environ 15 à 20% de la population mondiale y serait sujets.[2] L’hypersensibilité émotionnelle n’est pas un virus ni un trouble psychologique, elle est la plupart du temps un atout, il suffit de mieux l’interpréter. Alors, au lieu de s’autocritiquer trop sévèrement face à notre «intelligence émotionnelle» essayons seulement d’accepter nos montagnes russes d’émotions, de les vivre pleinement et de passer à un autre appel.

[1] http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Emotions/Articles-et-Dossiers/Les-emotions-nous-assaillent-comment-en-tirer-parti/Entretien-Nos-emotions-assurent-notre-survie

[2] http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/271824/la-princesse-au-petit-pois