Samedi dernier, j’ai assisté au show du band de ma fréquentation (beau gosse numéro 2) et c’est à ce moment-là que je me suis rendue compte une fois pour toute à quel point je ne suis pas mélomane.

Don’t get me wrong, j’adore la musique! Je suis actuellement en train d’écouter de la musique de Noël hyper quétaine qui passe sur une chaine inconnue à la télé, celle avec le feu de foyer en continu, comme si ton salon était pourvu d’un vrai foyer…

Bref, ce qui m’a le plus frappée, c’est que j’ai une culture musicale proche de celle d’un sourd-muet aphone (je sais, on ne peut pas être muet et aphone en même temps. C’est vraiment pour que vous compreniez à quel point je suis une buse musicale).

La musique a toujours plus ou moins fait partie de ma vie. En passant du bon vieux Johnny Halliday et son pur son « J’oublierai ton nom » à notre bonne vieille copine Céline Dion et son « Pour que tu m’aimes encore » tonitruant, je peux vous dire que ma compilation musicale kitsch est au top niveau.

Alors lorsque Beau Gosse numéro 2 a commencé à gratter un morceau de Jimmy Hendrix sur sa guitare, je n’ai pu me sentir autrement qu’un peu inculte. Heureusement que son groupe est reparti sur une version endiablée de « Wake me up », et tout d’un coup j’ai eu un peu plus l’impression de comprendre sa vibe musicale.

Comme dirait l’autre, à chacun ses dons. Alors que certains peuvent t’improviser une chorégraphie de toute pièce et que d’autres peuvent faire un croquis en moins de deux, j’ai la chance d’avoir l’écriture comme ami. Je regrette pourtant parfois de ne pas avoir la capacité de jouer d’un instrument.

Mes parents, comme tous bons géniteurs, ont insisté pendant de nombreuses années pour que je prenne des cours de piano. Tout d’abord, avec Madame Elfie (je n’invente rien), qui avait disposé son piano dans une serre géante, abritant de nombreuses plantes. Elfie avait la particularité d’avoir un goût pour la taxidermie assez prononcé, ce qui ne m’a certainement pas laissée indifférente du haut de mes 5 ans.

Je me souviens encore de sa phrase clé : « Constannnceeeee ? VWHERE IZ DE MIDDLE C? ». Ah oui, parce que Elfie était Russe et avait donc un accent des plus russe-tiques.

Mr. Tom Clear a pris la place de ma taxidermiste préférée. Il était prof de musique à mon école du temps où je vivais à Portland, il sentait le renfermé et il avait une bosse hyper chelou dans le cou. Bref, vous imaginez mon enthousiasme sans limite quant à l’apprentissage de nouveaux morceaux avec lui…

Mes leçons de piano se sont terminées avec mon départ pour Beyrouth. Un mal pour un bien finalement. (Nb : je ne connais toujours pas mon solfège).

J’aimerais vous dire que malgré mon incapacité à jouer un morceau en entier, ma voix de crécelle enchante tous ceux qui ont la chance de l’entendre. Mais encore là, je n’ai pas eu la chance de naître avec des cordes vocales accordées. La plus simple des chansons est méconnaissable lorsque je la chante. No wonder personne ne veut m’accompagner au karaoké…

Bref, j’ai quand même fini par passer une très bonne soirée. Baignée dans un univers que je ne connaissais pas. J’ai essayé de m’imaginer quelques instants dans le monde du sex, drugs and rock n roll… Je pense que j’aurais fait un peu tache quand même, surtout lorsqu’on sait que ma chanson de prédilection lorsque je n’ai rien à écouter est « I’ll be loving u long time » de T.I et Mariah Carey.