Déjà la fin de l’année 2015, il me semble que c’est hier que j’écrivais le Petit dernier 2014 en m’imaginant tout ce que l’année allait me réserver. Pour être honnête avec vous, j’étais loin de me douter qu’elle serait aussi (bien) remplie!

Je ne vous ferai pas l’étalage de tous les événements qui ont parsemé mon année, puisqu’au fil de mes chroniques vous avez pu en découvrir quelques-uns. 2015 fut excitante, épuisante, exaltante et vraie. J’ai vécu les 12 derniers mois en suivant mon instinct et en me donnant toujours le droit d’oser vivre mes rêves.

Ça semble psyco-pop dit comme ça, mais j’ai beau chercher, je ne trouve pas une façon plus «cool» ou moins philosophique de l’écrire. On a tous des rêves et des objectifs qui nous animent, le problème c’est que le quotidien, la routine et la peur (oui oui) nous les font remettre à demain, puis au mois prochain, puis à l’année prochaine.

Ça tombe bien, demain nous serons «l’année prochaine», alors pourquoi ne pas cesser de reporter et commencer dès maintenant à vivre avec intention! En plus, c’est une année bissextile, il y une journée bonus pour celles qui manque toujours de temps.

L’année dernière, je me suis donné des «genres de» résolutions, on n’était pas en janvier et je n’ai pas appelé ça des résolutions, puisque tout le monde sait qu’on ne les tient pas. Bref, j’ai noté dans un petit cahier trois choses que je voulais accomplir dans mon année et qui me rapprocheraient de mes grands rêves.

Viser tout de suite son rêve ultime, ça peut être intimidant… Par où commencer? Alors j’ai décidé de les décortiquer et d’accomplir des choses qui m’en approcheraient. C’est simple, si votre rêve ultime c’est de faire le tour du monde au cours de de votre vie, eh bien, sur votre liste vous devriez écrire faire au moins 1 ou 2 voyages cette année. Vous comprenez le principe… À mon avis, les trois (ou plus) actions que vous notez doivent être assez porteuses pour vous remplir de gratitude et vous challenger.

Vous savez quoi, je n’arrive même plus à trouver où j’ai noté ces «défis»! Et ce n’est même pas important. Le but en cette fin d’année ce n’était pas de les cocher comme une bonne réponse sur une feuille d’examen. L’idée était plutôt de pouvoir regarder, en arrière et être satisfaite voire impressionnée par mon année. Puis d’être parée pour celle qui s’en vient et avoir envie de l’attaquer et de la vivre à un rythme effréné, parce que c’est comme ça que je me sens le plus en vie.

My friends, j’ai hâte de voir ce que me réserve l’année 2016 et comment elle fera évoluer le blogue, qui, avouons-le, a pris une belle maturité dans les derniers mois. Sur ce, je vais préparer mes drinks du jour de l’an et je vais commencer à penser aux défis que je vais inscrire dans mon petit cahier.

Bonne année, en espérant qu’elle soit remplie de moments inoubliables!
Allelujha!


Crédit photo : Philippe Grenier