Blablablablabla blablablabla,

Je vous l’accorde c’est un titre très de base. Maintenant que c’est dit, passons aux choses sérieuses. Vous le savez: je suis en troisième année de bac, je ne sais pas si tous les programmes sont conçus de cette façon, mais je ne pense pas avoir eu autant de travaux d’équipe. Je passe un temps fou avec les mêmes personnes, plus que j’en passe avec mon copain, mes chers parents et mon bro, on n’en parle même pas. Mes activités parascolaires sounds geek bouclent la boucle. Constat: je suis toujours avec les mêmes personnes!

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai perdu mon identité, mais je suis en train de prendre les tics de langage de mes amis seigneur! Savez-vous comment j’ai pris conscience de ce fait terrible? C’est en écoutant les autres qui sont dans la même situation que moi parler. On s’entend; certaines expressions ou façons de dire certains mots sont propres à une personne. Donc, quand un autre individu utilise les accents toniques d’une autre personne OMG! INCEPTION . Ça bourdonne dans mes oreilles comme un gros taon sur les fleurs de mes plates-bandes sous un soleil de juillet. Le problème, c’est que l’imitateur ne l’a jamais aussi bien que le créateur. Et le pire, c’est quand un gars utilise les formulations d’une fille kill me right now. J’exagère? Non je ne pense pas! Le vol d’identité est un crime très grave en Amérique du Nord.

Bon on se souvient que je me suis incluse dans le phénomène au début de mon billet. Oui, je sais je suis passible de peine de mort moi aussi, mais quand même je fais face aux accusations et aux injures que vous me lancerez. Je le fais, inconsciemment et quand les notes sortent de ma bouche DAMN IT, je déteste ça. Je retombe à la belle époque de l’adolescence ou je cherchais mon identité et je copias ce que je trouvais “cool” comme: les sexy booty shake des vidéos de Sean Paul dans les partys de sous-sol, la mulâtre courbée en moi se laissait aller hééé boyyy. Tout cela pour dire qu’il faut porter une attention particulière à copier ou s’inspirer à 90% du flow de nos amis. Même si on passe un temps fou en leur compagnie on n’a pas le droit.

Bref, j’aimerais quand même ça savoir quels tics de langue mes ami(e)s prennent de moi. Et qui le fait, que j’aille lui dire de payer mes droits d’auteur (…)