Les anciens célibataires, nouvellement en couple, sauront de quoi je parle quand je dis qu’annoncer à ses amis qu’on a rencontré quelqu’un vient avec son lot de questions et d’explications de notre part. Vous savez, quand vous rencontrez par hasard votre amie Caroline que vous n’aviez pas vue depuis un moment et que s’en suit cette discussion :

  • Hey en passant j’ai su que t’avais un chum, c’est cool, je suis contente pour toi!
  • Ouais merci c’est tout nouveau…
  • Vous vous êtes rencontré comment?

Dans mon cas, la réponse à cette question est courte, mais a toujours l’effet d’une bombe dans mon entourage : « Sur Tinder! » (accompagnée d’un petit sourire gêné, malaisé et d’un regard à mon interlocuteur : « Va-t-il me juger? »). Oui, je me demande si la personne va me juger parce que ce qu’elle me répond par la suite est rarement « Ooonnh c’est trop CUTE » c’est plus souvent un gigantesque « BEN NON tu ne l’as pas rencontré là-dessus ».

Honnêtement, je comprends les gens d’être étonnés, ayant moi-même fait partie du club des sceptiques face à cette application avant d’y adhérer (et même pendant mon utilisation de celle-ci). Tinder (et autres applications de ce genre) nous est souvent présenté comme une plate-forme que l’on fréquente pour trouver des gens avec qui baiser s’adonner à des plaisirs sexuels.

Cependant, j’ai découvert avec le temps que certains utilisateurs y sont de façon sérieuse, sans trop d’attentes, mais avec, en tête, la possibilité qu’ils puissent peut-être y rencontrer leur tendre moitié. C’est exactement ce qui m’est arrivé. Bien sûr, ça n’a pas marché du premier coup et j’ai dû passer à travers de tonnes de swipe à droite et à gauche, de conversations avec des gars avec qui notre seul intérêt commun était le fait qu’on aimait tous les deux la lasagne et OUI de dates complètement désastreuses avant de tomber sur celui qui m’a fait croire que j’avais bien fait de m’inscrire sur Tinder. En gros, j’ai dû être patiente, l’amour a pris son temps comme ils disent dans La guerre des tuques.

À tous ceux qui me diront : « Oui, mais moi avoir une date avec un parfait inconnu… T’sais on ne le sait pas, mais c’est peut-être un tueur en série. » À ce que je sache, le principe d’une date, dans la plupart des cas, est d’apprendre à connaître l’autre parce qu’on ne le connaissait pas avant. On ne connaît pas plus le gars que l’on a rencontré sur Tinder que le gars qu’on a rencontré dans un 5 à 7 ou celui qui nous a laissé son numéro de téléphone dans la rangée des fruits et légumes à l’épicerie (OK ça c’est juste dans les films).

Non, Tinder ne force pas l’amour, contrairement à ce que certains m’ont déjà dit. Croyez-moi, que si vous rencontrez quelqu’un qui ne vous plaît pas du tout, vous ne serez pas intéressés à le revoir, peu importe la façon dont vous l’avez rencontré. J’ai appris avec le temps que le prince charmant n’allait pas sonner à ma porte du jour au lendemain et qu’il fallait parfois entreprendre des actions, seulement pour voir ce que ça donnerait. Tinder, ce n’est bien sûr pas fait pour tout le monde, mais c’est un moyen de rencontrer comme un autre et, si le cœur vous en dit, je vous conseille de l’essayer. On ne sait jamais, ça pourrait porter fruit.