Parfois, quelques moments gênants viennent s’immiscer dans notre train-train quotidien. Vous savez le genre de moments où vous voudriez momentanément disparaître, mettre votre cape d’invisibilité ou arrêter le temps pour vous enfuir à toutes jambes sans que personne ne le remarque? Oui, vous savez de quels genres de moments je parle. On les vit tous bien malgré nous.

Bon si vous ne captez toujours pas, j’ai quelques exemples en réserve pour vous :

  • Péter en présence de votre conquête du moment
  • Entendre des gens parler de vous alors que vous ne souhaitez pas du tout participer à la conversation, alors vous faites comme si vous étiez dans la lune et que vous ne les aviez pas entendu répéter votre nom six fois ou dire « demande-lui à elle là » ;
  • Lorsque quelqu’un vous salut, mais que vous ne le reconnaissez absolument pas, ou encore pire : vous savez que vous le connaissez, mais son foutu nom vous échappe ;
  • Essayer d’éviter d’être l’équipe qui ramasse le gars perdu qui a manqué le premier cours et qui se cherche des bouées de secours pour survivre durant le reste de la session.
  • Faire la file pour les toilettes publiques et entrer dans la cabine d’une coquine qui a fait un petit popo – vice versa – la situation est gênante pour les deux parties. Surtout quand tu recroises la personne aux lavabos…

-Oh c’est gênant…-

Bref, vous voyez le portrait? Le hic avec ces situations, outre le fait qu’elles mettent votre déodorant à rude épreuve et qu’elles vous transforment en tomate, c’est qu’en général, on réagit toujours de la mauvaise façon.

Au lieu de faire face à la situation et de l’accepter, on veut la fuir. C’est là notre première erreur chers enfants. Parce que, on ne se leurra pas, tout le monde a remarqué votre tentative de fuite, ce qui rend la situation encore plus inconfortable. Par exemple, lors de ma dernière visite chez mon fournisseur de téléphone sans fil, la dame disait à son jeune collègue plutôt mignon de s’éloigner de la cliente (moi) et d’arrêter de me regarder « avec des yeux de merlans frit ». Une expression de vieille fille qui veut dire qu’il me relookait, au cas où vous ne l’auriez jamais entendu…

Bref, au lieu de rire, j’ai fait comme si j’étais complètement absorbée par les étuis de téléphone. Mais comme les deux personnes étaient à un mètre de moi, c’est certain qu’ils savaient que j’avais entendu !

Croyez-moi, le mieux c’est de transformer la situation en blague. Dites-le que c’est vous qui avez pété! Les gens vont rire et de toute manière, ils savaient déjà tous que c’était vous.