Dans la vingtaine, la cruise est un sport très présent. Vous ne vous étonnerez pas du fait que j’ai aussi mon mot à dire sur le sujet. Mais je ne vous parle pas de n’importe quel type de cruise : je parle d’un genre particulièrement repoussant que je n’affectionne pas du tout. Roulement de tambours… J’ai nommé la cruise de portefeuille!

Laissez-moi vous la décrire ! En fait, c’est quand le gars mise tout sur la liasse de billets qu’il a dans ses poches, simplement pour avoir la chance de vous prendre par la taille ou plus encore, si Jésus est bon. Contrairement au gars cheap, il vous inonde d’alcool en tout genres : shots, martinis, bières, vin mousseux,… Rien n’est trop cher pour lui/vous. Bon, jusque là, ça va. Quelle fille n’aime pas se faire offrir un ou deux verres dans un bar en échange d’une petite discussion?

Le hic, c’est qu’il essaie aussi de vous impressionner en vous parlant de ses, ô combien nombreuses, possessions coûteuses : « Moi, ce que j’aime vraiment dans mon penthouse flambant neuf au centre-ville, c’est qu’il est sur deux étages » – real quote. C’est sûr que nous, les femmes, aimons les belles choses et qu’en général, les belles choses coûtent cher. Mais, pour vrai, je m’en fous de combien tu as dans ton compte en banque. Un cave riche, c’est tout de même un cave. Il faut miser sur vos atouts, messieurs! Vos yeux, votre sourire, votre sens de l’humour, vos passions, votre intelligence, etc, etc.

Bref, le fait que vous nous payez des verres ne sera jamais suffisant : il faut nous entourlouper avec votre charme ! En fait, j’oserais même avancer, et je ne devrais peut-être pas révéler ce petit secret, que vous aurez probablement plus de chance si vous ne nous payez pas de verres. On vous l’a déjà mentionné à quelques reprises mais la cruise est un jeu, et si vous réussissez à nous séduire avec votre personnalité, il y a pas mal plus de chance qu’on vous donne notre numéro ou même qu’on vous demande le vôtre. Et dans cette petite game, le verre en question ne joue pas un très grand rôle. Alors au gars qui m’a approchée en me disant: « T’aurais-tu aimé ça que je t’aborde avec une bouteille de champagne ? » – real quote, hé bien, je lui réponds : « Oui, pour boire sur ton bras, mais non parce que ton charme vient de ton porte-monnaie à velcro ! »

Si vous ne faites que payer, et bien on repart comme des petites voleuses en fin de soirée, et vous retournez à la case départ… Oh qu’on n’est pas fine !