Être à la mode, c’est suivre les tendances et toujours être au top de sa forme vestimentaire. Être fashion, c’est aussi, accessoirement, idéaliser certains vêtements, qui en fait rendent notre quotidien beaucoup plus désagréable qu’il ne devrait l’être.

C’est vers l’âge de 6 ans que j’ai découvert que la mode pouvait être excessivement inconfortable, lorsque ma mère a décidé de me faire porter des shorts en velours pour aller à l’école. Jusqu’ici, tout allait bien. Le petit détail qui tue, c’est que ce short tenait en place grâce aux 25 milliards de boutons qui y étaient cousus et qu’il fallait défaire quand j’allais aux toilettes. Évidemment, en petite fille très peu coordonnée, je n’y arrivais pas, et je devais donc attendre, à mon grand damne, mon retour à la maison pour soulager ma vessie quelque peu débordante.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai été traumatisée par les vêtements peu confortables. Malheureusement, même si ma coordination s’est quelque peu améliorée avec l’âge, la mode quant à elle ne s’est pas simplifiée.

Les collants font parti de ces accessoires vestimentaires incontournables qui rendent mes fraîches journées / soirées insupportables.
Pouvons-nous avant tout, nous attarder sur leur prix ?! Comment est-ce qu’un textile si fin et si délicat coûte aussi cher ? On s’entend qu’après le 2ème lavage, ils sont tout simplement immettables et ont perdu leur forme originelle. Par ailleurs, je ne sais pas comment je fais pour constamment me retrouver avec un trou gigantesque sur la cuisse, mais ça ne m’enchante pas, surtout à 10 minutes d’un entretien…
Et alors, le must du must dans tout ça, c’est quand l’élastique est devenu beaucoup trop large et ne maintient même pas le collant en place. Combien de fois ais-je dû demander à mes copines de me cacher dans la rue, pendant que je remontais de manière pitoyable mes collants, descendus jusqu’à mes chevilles…

2ème vêtement quelque peu awkward : le crop top. À la base, on adore ce t-shirt parce qu’il reflète l’été, le bronzage, la belle gosse… mais il reflète aussi le petit bide joufflu qui s’est patiemment installé pendant l’hiver. À moins d’être une super tumblr chix, il n’y a aucun moyen qu’un crop top ne soit votre ami.

3ème vêtement désagréable : la robe moulante. Comme vous, je me rue sur ces robes comme sur un sac de nachos, parce qu’elles sont cheap et parce qu’elles constituent l’idée du basique parfait. La petite robe moulante s’achète partout et se trouve dans tous les coloris, ce qui ma foi, est un plus. Malheureusement, la petite robe moulante se trimballe avec pas mal de points faibles notamment, la ligne des sous-vêtements / des collants. À moins d’aller commando sous ta petite robe trop fashion, il n’y a aucun moyen de ne pas faire deviner au monde entier quel type de bobettes tu portes. Et même le plus petit mini itsy bitsy polka dot G-string ne fera pas l’affaire.
La robe moulante ne pardonne pas. Vous avez abusé sur votre dosage de pâtes carbonara hier soir ? Votre petite robe moulante vous le rappellera, ne vous en faites pas…

Dans un monde parfait, je me baladerais en sweats et t-shirts mous, histoire d’être confortable et d’avoir un méga swagg 24h/24h. Après tout, Drake le dit si bien : «Sweat pants, hair tied, chillin with no make up on That’s when you’re the prettiest».