En ce jour pieux qu’était le dimanche de Pâques, je suis partie me dandiner avec trois amies à la vente L’Oréal. Bras dessus, bras dessous, un brin éméchée par la soirée de la veille, nous sommes entrées dans l’entrepôt de la démesure cosmétique.

Cela faisait plusieurs fois que j’entendais parler de cette fameuse « Vente L’Oréal ». Je m’étais imaginée un max de scénarios : un stampeed de jeunes femmes à la recherche du produit le moins cher, des étalages ruisselants d’or, de rubis et de vernis, en bref, une caverne d’Ali Baba pour la femme moderne quoi.

Bon, au final, c’était un peu moins glam, mais quand même vachement impressionnant.

On a erré une bonne quinzaine de minutes avant de vraiment se concentrer et partir en quête de miracles. Des femmes se baladaient en jogging, deux paniers au bout des bras, remplis de produits en millions d’exemplaires.
Une de mes amies m’en a d’ailleurs fait remarquer une, un chariot débordant de shampoings Garnier Fructis. Tous les mêmes, sans exception. Vision un peu étrange, quand même.

J’ai fait une petite prière silencieuse lorsque j’ai vu que les produits Biotherm étaient à des prix plus qu’abordables. J’ai pris assez de bouteilles pour semer la zizanie dans mon portefeuille et je me suis dirigée vers les vernis Essie. Trop contente, je m’en suis procuré trois (à 3$ chaque, je pense que je pouvais me le permettre). Et j’ai finalement jeté mon dévolu sur un rouge à lèvres Maybelline sombre, Midnight Plum 1005 en édition limitée. Je pense que j’ai versé une larmounette, c’était exactement la teinte que je voulais. Helleluja !

Étant carrément nulle en maths, j’ai fait un semi-calcul dans ma tête en me disant : « biiien, j’en aurais pour… aller… 60-65 $ GROS max ». Ouais, ben avec les taxes je m’en suis sortie à un peu moins que 100$. Mais bon, je ne grogne pas trop, avec le nombre de choses que j’ai pu me procurer et leur qualité…
Mon amie qui elle, travaille chez l’Oréal (et qui, par la même occasion, nous a procuré les billets de cette vente) s’en est sortie pour une somme astronomique. Disons juste que je n’aurais pas pu faire un calcul mental en comptant les choses dans son panier. (NB : big up au parfum qu’elle s’est dégotée et qui venait dans une boite qui s’allume quand on l’ouvre. Je suspecte mon amie d’avoir acheté ce parfum juste pour le coffret…)

Lorsque nous nous sommes engouffrées dans la voiture, nous avons eu un moment de silence. Un peu dégoutées par autant d’achats, nous nous sommes dit que nous étions vraiment des consommatrices de merde, prises dans l’engrenage de Big Brother et que nous étions à la merci de la surconsommation. Au lieu de nous retrouver chez une d’entre nous à étaler nos nouveaux trésors et à les comparer, comme des enfants et leurs bonbons le jour d’Halloween, nous avons décidé d’un commun accord de nous cloitrer dans nos chambres respectives pour pleurer un coup.

Bon, il n’empêche que ma crème Biotherm sent grave bon, et je m’en badigeonne non stop du coup.