Avec l’arrivée du printemps viennent aussi les premières lueurs d’espoir à la pensée des vacances imminentes. Et qui dit vacances dit souvent road trip! Que ce soit sur une route québécoise, américaine ou outremer, avouons-le: le concept de fuite à la routine est trop beau, pour certains littéralement enivrant. Comme il est bon de foutre le camp, prendre ses clics et ses claques, clamer haut et fort ciao boss et collègues ou arrivederci livres d’école! Le sentiment d’anticipation naissant au creux du ventre se rendant jusqu’aux mains qui se hâtent d’agripper le cuir du volant, mais surtout de tracer des vagues imaginaires par delà la fenêtre. Qui n’a jamais attendu ce moment? Si toutefois le coefficient de jouissance associé aux road trips est élevé, autant l’est celui du facteur désastre.

Voici donc un petit guide de survie à tout bon road trip avant de ne prendre la route.

Choisir son copilote
Que serait Batman sans Robin? Voici l’étape cruciale qui relève d’une importance capitale: savoir choisir avec soin la ou les personnes avec qui vous partagerez les quelques mètres carrés à peine que représente une voiture ou van, pour les plus équipés. Cela semble facile, mais votre meilleur(e) ami(e) ou votre copin(e) n’est pas nécessairement la personne toute désignée avec qui partir. Si, par exemple, vous savez que votre meilleure amie a besoin de confort et qu’elle freakerait à l’idée de ne pas prendre de douche pendant plus de 24h, tout l’amour que vous lui portez est probablement mieux d’être conservé hors de la route. Soyez stratégique: faites des plans avec une personne positive, débrouillarde, qui a l’esprit en mode solution, qui sait animer la conversation, mais qui sait aussi se taire et laisser au silence la place qui lui revient. Et qui, évidemment, possède les mêmes goûts musicaux que vous!

Se documenter
Partir à l’aventure sans plan est certes excitant… mais pas très brillant. D’autant plus qu’il y a moyen de se documenter sur le trajet et les lieux à visiter, et prévoir un itinéraire plutôt flexible tout en laissant place à la spontanéité! Demander des contacts et des conseils à votre entourage peut aussi s’avérer fructueux. Et si comme moi vous êtes atteint de crétinisme topographique, vous voudrez probablement non seulement apporter une carte géographique, mais l’étudier quelque peu avant de prendre le volant. Car bien que l’iPhone ait révolutionné le monde de l’information, cette carte pourrait vous sauver la mise, et ce plus d’une fois.

Faire ses bagages like a baws
C’est connu: les filles ont BEN de la misère à choisir lorsque vient le temps de plier bagage. Pensez un peu à ce qui est prévu au planning. Un surf trip par exemple ne requiert pas 5 paires de chaussures, et non, il n’y a pas de «au cas où» qui ne tienne! N’oubliez pas que votre voiture a une capacité d’espace limitée. Incidemment, plus vous en apportez, plus le poids sera élevé et moins votre portefeuille trouvera la facture d’essence agréable.

Ce point rejoint également le précédent conseil: si vous vous documentez suffisamment sur l’endroit où vous vous apprêtez à partir, vous aurez une meilleure idée sur quoi apporter. Par exemple, si vous partez sur la mythique route 66, vous découvrirez en faisant vos recherches que dans le désert américain, il fait hyper froid la nuit alors qu’il fait une chaleur étouffante en plein jour. Dans ce cas, apporter plus de «couches» s’avèrera un choix que vous ne regretterez pas.

Gérer ses attentes
N’essayez pas de tout voir, ça ne sert à rien. Vous serez pressé de cocher votre bucket list et passerez plus de temps à anticiper qu’à apprécier. Si je puis ajouter ma perspective quelque peu symbolique de la chose, le road trip est davantage un but en soit qu’un moyen d’arriver du point A au point B en passant par quelques points d’intérêts. Que ce soit de Montréal à Gaspé, ou de Lisbonne à Madrid, le bitume de la route devient alors la destination première. Chaque kilomètre parcouru devient une expérience transcendante savourée plutôt qu’un trajet enduré, procurant ultimement la pleine appréciation du moment présent.

Se munir de patience  

Sachez accepter les imprévus, qu’ils soient de nature mécanique, météorologique ou tout autre, car il y a en aura peu importe votre niveau de préparation! La route est faite pour apprendre de ceux-ci, et la patience fait partie intégrante de tout apprentissage. Soyez indulgent envers vous-même et les autres: à ce moment-là pourrez-vous ressentir la plénitude que procure tout bon road trip.


source photo: pinterest