N’étant qu’une simple figure de style à repérer dans un texte dans nos cours de français, la comparaison à elle seule à l’air bien inoffensive, mais devient rapidement nocive et destructrice lorsqu’elle est pratiquée en réalité. La comparaison est mon pire ennemi que j’essaie de me débarrasser depuis de nombreuses années. La comparaison fait partie de ma vie, de mon quotidien. On se compare pour tout et sur tout. Nos choix de vies, nos résultats scolaires, notre corps, bref la liste des comparaisons du quotidien peut s’avérer très longue.

Depuis quelque temps, je côtoie quelqu’un qui ne se compare jamais ou presque. Je suis toujours en train d’essayer de comprendre et saisir comment il s’y prend, car je l’envie tellement! J’admire ceux qui n’ont pas besoin de se comparer pour connaitre leur propre valeur, parce qu’au fond c’est pour ça qu’on se compare; pour connaitre notre valeur. Il n’y a rien de plus malsain, mais c’est un automatisme, s’en même m’en rendre compte je me compare. Cette confiance en moi que j’essaie de trouver en me comparant aux autres est complètement vide de sens.

La comparaison nous amène automatiquement au jugement, qui ne mène absolument nulle part. Plus on juge, plus on se sent juger, plus on est sur la défensive et dans le paraître. Ce cercle vicieux est lourd, nocif et inutile à toute vie humaine. Je n’ai aucune idée pourquoi nous avons toujours le besoin de nous comparer, mais plus je vieillis plus j’en ai assez de toujours me comparer.

Il faut que je change de lunette et que je commence à regarder la vie autrement. Il y aura toujours une fille plus belle, plus intelligente, plus riche, plus ambitieuse, plus dynamique, plus organisée, plus équilibrée, etc. On ne peut rien y faire sauf poser notre regard sur les bonnes personnes et les belles choses de la vie et ainsi trouver notre confiance ailleurs que dans la comparaison. Parce qu‘il est complètement faux qu’on se console en se comparant…