Vous êtes-vous déjà demandé comment vos parents faisaient pour flirter ? Bon, j’imagine que c’était grosso modo les mêmes techniques de bar que nous avons : on se jette de petits regards coquins, on se touche les cheveux, on pose notre main sur son torse, etc., mais le tout, avec une horrible permanente, un toupet, des jeans d’une coupe douteuse et une cigarette entre les doigts (oh oui, à l’intérieur du bar!).

Mais une fois que nos parents quittaient le bar… Comment faisaient-ils pour rester en contact ? Pas de cellulaire, pas de facebook et encore moins de snapchat. Sur le coup, moi aussi je me dis qu’on est très chanceux d’avoir toute cette technologie à notre disposition pour pouvoir flirter assise en pyjama dans mon salon, entre deux émissions de New Girl. Mais pensez-y-bien : sans toute cette technologie, on s’épargnerait beaucoup d’humiliation et de moments gênants…

Je vous parle ici des fameux drunk texts. Vous savez ces messages quasi illisibles envoyés aux petites heures du matin à votre ex ou à votre fréquentation que l’on finit tous par regretter une fois que notre corps a filtré tout l’alcool que l’on avait dans le sang ?

Ouais ceux-là. Perso, je rêve d’une application qui détecterait mes drunk texts et qui filtrerait les choses susceptibles de me causer la pire des gênes le lendemain matin. J’ai entendu parler de certaines applications comme Drunk text savior, mais je ne les trouve pas au point pour mon niveau de dégât.

Parce qu’en gros, texter quand on a 1 ou 2 verres de trop dans le nez ça donne toujours quelque chose du genre :

drunk_text

Autres exemples : 

  • « tu me fais vraiment chier, sérieux » (sans aucune raison)
  • « Tu fais quoi ? » ( À 3 a.m.)
  •  » Ctais avc toi jvoulais repartir a soir mais vu t pas la, ben jerpars avec un autre loll « (avec un peu plus de fautes)
  •  » C’est trop compliqué, genre sérieux je suis tannée de jouer une game, pis je suis rendue à un point ou juste genre je m’en fou, comme pour vrai, je vais pas attendre pis entk tu peux tu comme arrêter de me niasier « 
  • « Je t’aime » (straith de même, ouf)
  •  » salut. Ou es tu ?  » ( À ton ex, à 4h20 a.m. )
  •  » I want to hold you like a teddy beard « 
  •  » Bonne nuit  » (lourd)

Bref, c’est gênant pour tout le monde et souvent ça trahit l’attitude détachée qu’on essaie de se donner. Et je ne vous parle pas de l’orgueil qui souffre le martyre.  On se relie le lendemain et on se demande ce qu’on pourrait bien dire pour s’en tirer… 

Pour s’en sortir, je dirais que l’autodérision est souvent la meilleure solution. Également, si vous êtes plutôt du genre « vaut mieux prévenir que guérir » vous pouvez utiliser la technique fétiche de Rose, texter des amies filles. Comme ça, les dégâts sont beaucoup plus faciles à essuyer.

**Surtout, ne vous pensez pas à l’abri en utilisant Snapchat, l’application Snap save (et autres méthodes) permettent de faire des captures d’écran sans qu’elles ne soient signalées à l’autre. #oups

Bref, il faut savoir accepter les moments moins glorieux et apprendre à ne pas peser sur « send ».