Pis toi, t’as couché avec combien d’autres personnes avant moi ? …

Un, deux, cinq, onze, vingt-quatre, cinquante!!!!!! Notre passé sexuel fait inévitablement surface un jour ou l’autre. Avant, j’avais la manie de demander à mes nouvelles fréquentations avec combien de personnes elles avaient couché. Je devais me dire que mieux valait le savoir maintenant plutôt qu’une fois la relation devenue sérieuse. Comme si mon choix de poursuivre ou non dépendait du chiffre que l’autre allait me sortir. Parfois Souvent, il ne faut pas essayer de comprendre notre logique. 

Puis on s’entend ; quand tu demandes le chiffre à l’autre, tu acceptes inévitablement de dire le tien. « Moi c’est 17, toi ? Ah, jte le dis pas ! ». Plutôt moyen… Mais pour les filles, ce fameux chiffre qui représente notre passé sexuel peut être un peu plus tabou. C’est bien rare qu’un gars se dise : « OK, là j’approche de la dizaine, slow down buddy ». Euh… Non ! Mais pour nous, on dirait que ça nous tracasse un peu plus. Les dizaines sont toujours plus difficiles à franchir, et ne parlons même pas du onzième, où l’on doit utiliser pour la première fois à deux reprises la même main pour faire le décompte.

Mais à part le chiffre, avoir eu plusieurs partenaires sexuels c’est un avantage ou un désavantage ?? Ben là, ça dépend. Une personne qui a eu plein de partenaires sexuels, mais que ça c’est toujours déroulé dans des « one night », ce n’est pas nécessairement dans ces contextes-là que les skills sexuels se développent à leur plein potentiel. À l’opposé, avoir été dans la même relation durant plusieurs années peut avoir le même effet si les activités sexuelles se déroulaient toujours selon la même routine.

J’avais justement une argumentation avec une de mes amies dernièrement là-dessus. Je lui disais que ça ne m’aurait pas dérangé d’avoir eu le même partenaire sexuel pour le reste de ma vie. Elle, elle était tout à fait contre cette idée. Son argument : « Si tu n’as qu’un seul partenaire, tu ne peux jamais savoir s’il n’y a pas mieux ailleurs. Peut-être que tu te fais mal baiser et que tu ne le sais même pas ! » Un point pour mon amie ! Contre argument de ma part : « Ouais, mais si tu as eu plusieurs partenaires et qu’avec l’un d’entre eux c’était ton meilleur sexe à vie, tu dois faire le deuil de ne plus retrouver cette chimie sexuelle avec une autre personne ! » Et un point pour Audrey ! Dans le fond, un nouveau partenaire sexuel c’est comme tirer à pile ou face, tu as autant de chance de tomber sur mieux qu’avant que de tomber sur plus bas que le précédent !

Et puis, pour certains, avoir un nouveau partenaire sexuel c’est excitant, c’est stimulant. Tu découvres une nouvelle personne, c’est tout nouveau, donc tout beau… Mais pour d’autres, avoir un nouveau partenaire sexuel c’est exaspérant. Tu dois recommencer tout à neuf. Tu dois redire à l’autre que tu aimes plus ceci que cela, de cette façon-ci plutôt que de celle-là et bla-bla-bla.

Alors, avec tout cela, on demande ou pas à une nouvelle fréquentation ? C’est à vos risques et périls. Pour ma part, j’ai compris que ça n’avançait pas à grande chose. Puis, il faut garder en tête que plus on vieillit plus le chiffre risque d’être élevé !