Avant que l’hiver s’installe, que je me terre indéfiniment sous ma couette et que je tire un trait sur toute relation sociale / amoureuse, je me suis dit qu’il serait sympa de partager avec vous mes dernières bribes de savoir en matière d’applis de rencontre.

Prémisse

2 ans. Cela fait deux années que ma petite personne étudie les recoins de Tinder. Ce chiffre m’a quand même fait froid dans le dos lorsque j’y ai pensé. Bon, il a quand même été coupé de quelques relations, plus ou moins fructueuses, mais celles-ci ne m’ont pas arrêtée dans ma recherche de nouvelles rencontres.

Après Tinder, je me suis penchée sur Bumble. Cette appli donne seulement la possibilité aux filles de commencer la conversation pendant 24h. Si ces 24h se passent sans début de conversation, le match disparaît. Je me suis donc inscrite un peu à reculons, ne connaissant pas vraiment ma game en terme de pick-up lines. Après deux conversations relativement plates et une non-réponse à une question pourtant très normale (quoi que peut-être un peu trop banale pour les hommes du 21e siècle) « Hey! So what’s your favorite color? » (Oui, bon, ok, NE ME JUGEZ PAS !), j’ai jugé ma défaite bien trop cuisante pour continuer sur ce terrain boueux.

C’est ainsi que je me suis arrêtée quelques instants sur Happn, après suggestion d’un hook up Tinder, qui m’a assuré que cette appli était beaucoup moins trash que Tinder et que j’étais certaine de pécho des mecs de haut calibre (big up mec, merci !). En gros, Happn permet de retrouver les BG que l’on croise dans la rue (en espérant qu’ils aient eux aussi l’appli).
Finalement, j’ai discuté avec très peu de matchs- le côté un peu stalker de cette appli m’a plus ou moins fait peur (vous êtes à moins de 5 miles de votre match… ah ba ravie de l’apprendre. Maintenant s’il pouvait se pointer avec un 5 Guys et des fleurs ça serait sympa aussi). Pourtant, la conversation a bien accroché avec un garçon qui était si proche physiquement de moi qu’il aurait pu être sous mon lit, ça aurait été la même. Il s’avère que l’on se croisait quasiment tous les matins en prenant le bus et que mon ciré jaune lui avait tapé dans l’œil. N’empêche que pour m’aider à fermer mon parapluie qui faisait des siennes avant de rentrer dans la 80 bondée, y’avait plus personne tout d’un coup…

Mes Constats finaux

  • Que ce soit avec Tinder, Bumble ou Happn, il faut mettre son sérieux de côté et s’attendre à tout comme à rien
  • L’honnêteté fait des miracles
  • Rester ouvert aux matchs, même les plus farfelus. Ça vaudra bien une franche rigolade entre copains plus tard
  • Néanmoins TOUJOURS se renseigner avant la date. Un p’tit coup sur les réseaux sociaux ne fait pas de mal (mais pour l’amour du ciel ON SE DÉCONNECTE AVANT DE STALKER SUR LINKEDIN. Faites passer le message à tout le monde, même à vos collègues.)
  • Faut avoir un minimum de temps à consacrer à des étrangers. Parler à des randos, ça prend du temps en masse.
  • Faut l’avoir dans le sang. On ne devient pas pro de ces applis, on l’est tout simplement ou on ne l’est pas. Sorry kids.

Pendant ce temps, la grande sage que je suis va prendre un break des applis et tenter de rencontrer de vraies personnes, dans la vraie vie. Je sais, j’en tremble aussi.