C’est autour d’une tasse de thé à 4$ qu’une discussion anodine avec mon amie s’est rapidement transformée en un simili essai sur l’importance du langage et de la connaissance de soi. Aucun alcool n’étant en jeu, on a surtout émerveillé les quelques amateurs de thé autour de nous qui ont dû nous prendre pour des doctorants hipster en philosophie comparée. C’est sur.

Plus tard, je me suis surprise à penser à ce que le langage pouvait apporter dans une relation, et en quoi il était important. On se rabâche tous les oreilles avec le fameux « Communiquer c’est la clef  » et le « Dis-lui comment tu te sens » ou même le simple, mais puissant « Je n’ai qu’un mot: com-mu-ni-ca-tion ».

On l’a tous compris, l’échange entre deux personnes est indispensable pour que leur relation soit saine. Mais ce qui vient généralement avec la communication, eh bien, ce sont les mots. En tant que femme de lettres, comme le sont toutes les collaboratrices de 1 ou 2 Fantaisies d’ailleurs, je ne peux que souligner l’importance du bon mot dans un article. C’est la même chose dans la vie de tous les jours: quand on ne trouve pas le bon mot, on a l’impression de ne pas exprimer à l’autre exactement ce qu’on ressent. On se sent impuissant et inefficace.

Vous savez, cette détresse qu’on ressent quand, dans un rêve, on essaye de s’enfuir, mais que nos jambes, pour je ne sais quelle raison, ne peuvent tout simplement pas bouger? C’est cette même frustration que je ressens parfois quand je tente par tous les moyens de faire comprendre à mon copain que je ne suis pas déprimée mais mélancolique, que je suis embarrassée et non pas inquiète. Ajoutez à cela le fait qu’on se parle en anglais et que l’anglais n’est pas ma langue maternelle, et vous avez à peu près le tableau.

Les grognements qu’un homme des cavernes est capable de faire sont limités. Le développement du langage a doté l’humain actuel d’une vaste gamme de mots pour une vaste gamme de sentiments. À chaque sentiment il existe un mot qui n’est interchangeable avec aucun autre. Il y a une différence entre être anxieuse et être nerveuse, entre être joyeuse et être souriante, entre être épanouie et fière, entre être fâchée et être déçue, entre être confuse et être indécise. Apparemment les Inuits auraient plus d’une centaine de mots pour décrire la neige. En français aussi il y en a beaucoup, et ils représentent l’exemple parfait de la valeur de leur distinction. Quand on dit « Il neige », on peut faire référence à de la neige, de la grésille, des flocons, de la poudreuse, des croûtes, de la slush, une avalanche…et ça fait toute la différence!

Et encore là, certaines langues sont plus précises que d’autres, peut-être parce que leur peuple vit plus intensément certaines expériences que d’autres. Le fameux « Je t’aime » en français se diversifie en espagnol par te amo ou te quiero, qui sont bien différents. La « nostalgie » ne peut pas exactement se référer à la saudade, qui a une signification bien plus définie en portugais.

C’est pour cela que le langage est si important dans le développement de l’humain et de ses relations, et qu’il a une place considérable dans mon cœur. Apprivoisez le vôtre, et utilisez-le à bon escient. Le sentiment de liberté que vous ressentez après avoir trouver le mot juste est inégalable, car sa portée va au-delà du simple discours. Il va toucher l’être au plus profond de lui, il va toucher ses sentiments, ses désirs et ses craintes. Il va lui permettre de comprendre ce qu’il ressent. C’est ça le langage, c’est la liberté. Profitez-en, il est à la portée de tous!