J’ai une confession à faire. Durant une grande partie de ma vie, un trait de caractère m’irritait particulièrement chez les autres : l’incapacité de prendre une décision. Ne serait-ce que les plus petits choix, du genre : on va au resto ou au cinéma ? Quel film on écoute ? Vanille ou chocolat sur ton cornet ? Vous savez, ces amis qui prennent 25 minutes à commander au restaurant et demande toujours à la serveuse un p’tit 5 minutes de plus ? Pas que je leur disais à haute voix, mais je ressentais l’agacement intérieurement, mettons.

Mais j’ai réalisé dernièrement que les indécis (jusqu’à un certain point) possèdent en fait une qualité qui se perd de plus en plus dans notre société moderne : prendre le temps de peser le pour et le contre avant d’émettre une opinion. Une denrée rare! Je ne sais pas si c’est l’influence des films hollywoodiens, où le superhéros (toujours parfait) affronte le vilain (le diable en personne), mais il faut toujours qu’on divise les situations et les individus immédiatement dans notre tête en deux catégories : bon ou mauvais. Pour ou contre. Gentil ou méchant. Je comprends que c’est un mécanisme psychologique qui est normal, qui facilite le traitement de l’information et tout ça, mais je trouve qu’on est vite sur la gâchette pour accoler une étiquette à quelqu’un ou quelque chose.

Parce qu’on va se le dire, la vie ce n’est pas exactement un scénario de film. Rien n’est si simple dans la réalité. Chaque personne a ses qualités et ses défauts, chaque situation a ses avantages et ses inconvénients. Il n’y a rien de simple, rien qui ne soit que noir ou blanc, tout est plutôt divisé en 50 nuances de gris (référence sexu du jour).

Pourtant, à chaque fois qu’une nouvelle parait dans les médias, il se met à pleuvoir des statuts d’opinions hyper tranchées dans mon newsfeed. On en connaît tous, des gens qui ont des idées très (trop) arrêtées sur l’environnement, la politique, la guerre, la justice, les individus, la météo, le sport, alouettes. On s’entend que ces mêmes personnes ont rarement fait des études approfondies sur l’ensemble de ces sujets avant d’émettre leur diagnostic, n’est-ce pas ?

Personnellement, je préfère ceux qui prennent le temps de se poser des questions, d’écouter plusieurs versions d’une même histoire, qui observent les deux côtés de la médaille, bref, qui réfléchissent un peu avant de se prononcer. En fait, ces personnes ne sont pas indécises au sens péjoratif du terme, elles prennent simplement le temps de penser avant de prendre une décision. C’est beaucoup moins simple et rapide, mais oh combien plus sage ! Alors voilà, je lève mon chapeau aux indécis de ce monde.

Je voudrais qu’on s’inspire tous de votre sagesse… Je n’irai juste pas manger au restaurant avec vous. Sans rancune guys !