Mi-vingtaine passée, approchant de plus en plus la trentaine, plusieurs ressentent une pression à se caser tandis que pour d’autres, leur horloge biologique a déjà sonnée. Si, au début de l’été, je soulignais l’abondance d’images de filles « fitnessées » qui circulaient sur mon fil d’actualité Facebook, au moment même où j’écris ces lignes, c’est plutôt des bedaines et des petites joues joufflues que je ne cesse de voir défiler! Lorsque j’ai partagé mes sentiments, que je n’ai pas encore réussi à classifier, face à ce petit baby-boom dans mon entourage, on m’a sagement dit : « Vas falloir t’y habituer, plus tu vieillis, plus tu vas être entourée de nouveau-nés! »

Après avoir entendu la chanson « Papaoutai » de Stromae, où la profondeur et la poésie des paroles me donnent carrément des frissons, et avant de passer le cap de la mi-vingtaine, j’ai décidé de pousser ma réflexion sur le sujet de la parentalité.

Il y a mille et une raisons à la procréation et je ne pense pas que l’une soit meilleure que les autres. On fait tous nos choix en fonction de notre histoire, et ceci n’est pas à juger. C’est très honorable de donner la vie à un être humain, de l’aimer inconditionnellement et de l’élever. C’est également légitime de vouloir continuer la lignée de son nom, et il en faut pour la survie de l’humanité, mais si tu as peur, si peur de mal faire, que tu décides de ne pas en faire, c’est tout aussi correct.

Aucun enfant ne devrait être mis au monde pour qu’il passe sa vie à chercher ses parents. Et pas besoin de les avoir littéralement perdus pour se demander où ils sont. Un enfant c’est un engagement. Un engagement à vie de son amour et de son temps. Si vous savez que vos priorités sont ailleurs, ne vous sentez pas obligé de procréer. Certains peuvent dire que vous êtes égoïstes, je crois plutôt que vous êtes altruistes, parce qu’à votre façon, vous pensez à l’avenir et au bienêtre de ces petits.

L’un des plus tristes exemples de nouveau-nés carencés d’affection et d’attention c’est les orphelins de Duplessis où plein de bambins de mères non mariées ont été placés en orphelinat. Le ratio d’une religieuse pour des dizaines d’enfants a entrainé des retards d’apprentissage et des troubles de comportements.

Donc avant de décider de faire des enfants, il y a peut-être plus que le budget qui doit être pris en considération. Il faut s’assurer de vouloir et de pouvoir prendre le temps de se donner corps et âme dans son rôle de parent. Ça peut paraitre cliché, mais l’achat ou le gardiennage d’un chien est toujours une bonne pratique. Ce test peut confirmer votre envie d’agrandir votre famille ou comme pour moi, ça peut vous montrer à quel point vous êtes loin, très loin d’être prêt pour ça. Parenthèse de sexologue : Pour prévenir les petites surprises, une contraception efficace est toujours de mise.

Puis pour celles qui sont présentement enceintes et ceux qui sont nouvellement papas ou mamans, si vous considérez que votre enfant est le plus beau cadeau du monde, tentez de faire tout en votre pouvoir pour que sa venue au monde soit pour lui aussi son plus beau présent.