Avant de commencer cet article, je tiens à te dire, à toi, chère personne susceptible, qu’il se peut que tu sois choquée par mes propos. En fait, il y a de fortes chances que je t’irrite, puisque tu es de nature susceptible… Tu me trouveras peut-être même méchante voire un peu bitch. Ne pense surtout pas que je te juge! Mon but n’est pas de te pointer du doigt ou de te faire sentir comme une mauvaise personne. Je cherche plutôt de te sensibiliser, afin que tu réalises ce que cette susceptibilité crée autour de toi, mais surtout ce quelle te fait à TOI.

On connait tous une personne comme ça… Une personne avec qui il faut marcher sur des œufs pour éviter de déclencher un débat, celle à qui l’on s’apprête à dire quelque chose et puis qu’on se dit : « Eh boy, non, je lui dirai pas ça, ça va l’offusquer. ». La personne à qui tu as déjà essayé de faire une joke et qui t’as ensuite regardé avec des yeux qui te lançaient des flèches enflammées et qui s’indignait en te disant que tu n’avais donc ben pas de bon sens de lui faire une blague comme ça…

– L’autre jour, mon chum avait oublié de passer la balayeuse pis…
– Ouin, mais on s’entend qu’« oublier », c’est un grand mot, ton chum ce n’est pas M. Net disons hé hé hé…

*Insérez ici le regard le plus outré du monde*

-EUUUUHHHH ES-TU EN TRAIN DE DIRE QUE MON CHUM C’EST UN GROS PARESSEUX? FRANCHEMENT!!!
– Ben non je n’ai pas dit ça voyons c’est une joke ne prend pas ça de mê…
– C’EST BEAU LAISSE FAIRE!

Évidemment, je ne parle pas de se sentir, une fois dans sa vie, blessé par le commentaire de quelqu’un qui, on le sait, n’a pas voulu nous faire du mal. Le problème avec les gens over susceptibles c’est que ce genre de situation arrive souvent (même très souvent dans certains cas).

Pourquoi interpréter à ce point mal mes paroles? Quand est-ce que j’ai mentionné dans ma BLAGUE que ton chum était paresseux? Pourquoi n’es-tu pas capable d’en rire, comme tout le monde? Avec cette attitude, tu m’enlèves le goût de te faire des blagues et surtout tu m’enlèves le goût de discuter de tous sujets avec toi, excepté, peut-être, la température… Même là, je ne courrais pas le risque, tout d’un coup que tu penserais que je t’accuse d’avoir provoqué El Nino!

Sans le savoir, tu t’isoles un peu socialement. Tu te coupes de plein de beaux sujets de conversation que les gens hésitent à aborder de peur que tu le prennes mal.

Et, dis-moi, pourquoi gaspiller autant d’efforts pour interpréter de façon négative toutes nos paroles? En prenant tout personnel, c’est surtout toi qui te rends malheureuse. En apprenant à avoir de l’autodérision et étant plus optimiste, tu serais tellement plus heureux! Parce que, dans la vie, tout est une question de perception, tu peux choisir de voir la vie avec lunettes grises ou avec des lunettes roses.

Essaie-le!