Lorsque j’ai débuté mes études en enseignement au primaire, j’étais loin de me douter que le métier que j’aspirais à faire susciterait autant l’intérêt général. Cela va sans dire que les enseignants occupent une certaine place dans l’attention médiatique et au cœur de la population depuis quelques années.

Ceux qui pratiquent déjà le métier ou qui étudient dans la même branche que moi sauront vous le dire : si vous êtes un enseignant, la majorité des gens à qui vous direz ce que vous faites dans la vie auront un commentaire, une opinion ou une réaction particulière par rapport à ladite profession. Afin de faire un clin d’œil à mes collègues enseignants et futurs enseignants, voici donc les 10 phrases que les enseignants ne sont plus capables d’entendre.

  1. Tu prends un shooter? MY GOD attention tout le monde la prof se dévergonde!

C’est un classique, les enseignantes sont souvent vues comme des matantes qui passent leurs fins de semaine à faire du scrapbooking et à lire le Châtelaine. Laissez-moi clarifier quelque chose : après nos semaines de fou, on a pas mal plus envie d’une bonne bouteille de vin (et même de quelques shooters) que de cuisiner un ragoût de boulettes en écoutant des reprises de Virginie.

  1. Es-tu vraiment sûr que tu veux faire ça?

Bien que cette question soit remplie d’empathie, elle nous fait trop souvent douter. Le métier d’enseignant semble, aux yeux de plusieurs, impossible à pratiquer, alors que ce qui compte c’est d’être passionné et de savoir dans quoi on s’embarque (comme dans n’importe quel métier). Oui vos proches vous trouveront peut-être fou de vouloir passer vos journées avec des enfants qui pleurent parce qu’on leur a volé leur crayon ou avec des ados qui préfèrent parfois regarder Kylie Jenner sur Instagram plutôt que d’écouter leur cours d’histoire géo. J’ai appris, au cœur de mes études, que tant que moi j’étais convaincue que ma place était en enseignement, je n’avais pas besoin de convaincre la femme du cousin de ma mère quand elle me poserait la question.

  1. Enseigner en maternelle? On n’appelle pas vraiment ça enseigner quand tout ce que tu fais c’est colorier sans dépasser et faire des siestes.

– Es-tu sûr que c’est vraiment juste ça qu’on fait en maternelle?

– Ben oui je me rappelle quand moi j’y allais c’est juste ça qu’on faisait!

– T’as 26 ans ça fait 20 ans que t’as fini ta maternelle. Tu ne te rappelles certainement pas de tout ce que tu faisais à l’école il y a 20 ans pis les choses ont eu le temps de changer pas mal depuis ce temps-là.

  1. Faut quand même que t’avoues qu’il y a beaucoup de profs qui sont de vrais incompétents.

Ben oui, il y en a! Une majorité? Je ne crois pas! Cependant, laissez-moi vous rappeler qu’on trouve des incompétents dans tous les métiers de la planète. C’est la vie, des cons il y en a partout… #tristeréalité

  1. Il y a beaucoup de cas de burn out en enseignement parce que c’est un métier de femmes.

Celle-là vous l’avez peut-être déjà entendue aussi si vous êtes infirmière ou éducatrice en garderie (bref, si vous pratiquez un métier où l’on retrouve une majorité de femme), pis maudit que c’est frustrant! À cette phrase, je n’ai qu’une seule réponse : Viens passer une semaine dans ma classe et on verra qui de nous deux sera au bord de l’épuisement professionnel.

  1. Les profs vous donnez du Ritalin aux élèves pour avoir la paix.

Je suis enseignante, pas médecin! Je ne peux pas rédiger de prescription à qui que ce soit et si je voulais « avoir la paix », je ne deviendrais pas enseignante. Non, je ferais un métier plus zen genre prof de Thaï-Chi ou moine bouddhiste.

  1. Tu devrais savoir ça, t’es un prof!

La seule chose que je sais, c’est qu’on ne peut pas tout savoir. Oui il peut arriver qu’un enseignant ne sache pas quelle est la molécule de base d’une fougère, quelle est la circonférence d’un terrain de tennis ou même comment écrire un mot. Croyez-le ou non, nous ne sommes pas parfaits et nous faisons parfois des fautes d’orthographes (c’est choquant, je le sais).

  1. Je sais ce que c’est être prof, j’ai gardé les enfants de ma voisine l’été de mes 14 ans!

Loin de moi l’intention de dénigrer tes cours et ton expérience de gardienne avertie, mais à moins que ta voisine ailles eu 22 enfants à qui tu devais apprendre à lire et à compter selon un programme précis, tout en étant divertissant et efficace toute la journée, non tu ne sais pas ce que c’est d’être prof.

  1. Un Bac de 4 ans pour apprendre à enseigner 1+1 = 2… Sérieux?

On s’en reparlera quand tu auras essayé d’apprendre à une classe à lire, à compter, à comprendre en quoi consiste l’aire d’un rectangle ou à savoir par quel phénomène scientifique les plantes sont vertes.

  1. Vous, on sait ben, vous avez 2 mois de vacances l’été!

Impossible de s’en sortir, cette phrase a l’effet des ongles sur un tableau! Souvent énoncée avec un air de jalousie et, les yeux au ciel, votre interlocuteur sera toujours en train d’essayer de réduire le travail colossal que vous faites pendant 10 mois à ces fameux 2 mois. Ben oui, ça fait partie des avantages d’être enseignant, que voulez-vous, ça en prend! À moment donné, il faudrait en revenir et s’ouvrir les yeux sur la quantité de travail qui est faite pendant l’année. Je dis ça de même, mais peut-être que vous aussi vous prendriez 2 mois de vacances dans ce cas-ci.

Bref, malgré toutes ces remarques qui nous font quelques fois sortir de nos gonds, nous avons tout de même le bonheur de recevoir des commentaires d’encouragements et de remerciements de gens qui reconnaissent notre travail et cela fait toujours plaisir à entendre. Sur ce, à vous chers enseignants, n’arrêtez jamais votre travail exceptionnel et surtout bonne année scolaire!