Lorsqu’on me rencontre en personne, LA première chose que l’on remarque c’est, sans aucun doute, ma grandeur. J’ai la chance, ou pas, de mesurer presque 6 pieds (5’11’’ ET DEMI). Être géante, combiné au fait que ma silhouette s’apparente drôlement à celle d’une échalote/paille/brindille, m’a amenée à me faire remarquer plus d’une fois par des agences de mannequins.

Détrompez-vous, je ne vous parlerai pas de mes nombreux contrats pour des photoshoots à travers le monde et de mon magnifique loft à New York… Mon expérience personnelle est beaucoup moins glamour!

La première fois que j’ai été abordée par une agence de mannequinat, j’avais 14 ans. Je me promenais tout bonnement dans la rue avec ma mère, quand une tite madame m’a attrapée par le bras en me lançant sa carte d’affaires et en me disant trop intensément que j’avais la tête de l’emploi. Évidemment, j’étais flattée que cette femme puisse m’imaginer en cover d’un magazine, malgré mon acné sur le menton et mon hygiène douteuse mes cheveux gras. Je me suis donc présentée à l’agence où elle m’avait référé.

Je me suis fait accueillir par une femme à l’attitude froide, mais bon, c’était trop peu pour décourager une adolescente remplie d’espoirs de devenir la prochaine top model en couverture du magazine Cool! (OUI j’avais de grandes ambitions). Après avoir passé environ 5 minutes à me regarder, la madame pas trop fine a prend 3 photos de moi et me dit quelque chose que je vais me rappeler toute ma vie : « Le problème, c’est que tu es trop grosse. Je ne te dis pas de devenir anorexique là, mais coupe tes portions de moitié, bois beaucoup d’eau pis fais du sport. Après avoir perdu 10-15 livres, tu reviendras nous voir. Ok? Bonne journée! »

À ce moment-là, je mesurais 5’10’’ et je pesais environ 120 livres. Faites le calcul, j’étais tout sauf grosse! Je suis sortie de là avec un sentiment d’incompréhension (accompagnée de ma mère qui, elle, trouvait que ça n’avait « pas de maudit bon sens »). Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander : « Est-ce que je suis vraiment grosse pour de vrai là? » ou de me dire : « C’est bizarre que je ne me sois jamais trouvée grosse avant…pourtant à ses yeux, ça avait l’air d’être évident. ».

Depuis cette fois-là, je me suis fait aborder par d’autres agences de mannequins et je me suis présentée à quatre d’entre elles. Sur ces quatre, je me suis toujours fait refuser. 3 fois sur 4, c’était pour des questions de mensurations, parce que j’étais « oversize pour leurs standards ». La dernière fois que je me suis fait refuser c’était l’été dernier, dans une agence bien connue de Montréal.

–  » Tu as du potentiel, mais on va malheureusement être obligé de te refuser pour des questions de mensurations. Il faudrait vraiment que tu fasses du sport et que tu manges des plus petites portions, de la soupe, de la salade, des jus au gingembre… »

– « Ok je comprends. Merci, bye! »

À ce moment-là, je mesurais 5’11’’ et je pesais 135 livres. J’avais pris un peu de poids depuis mes 14 ans (J’ESPÈRE), mais j’étais quand même pas grosse, même pas toutoune, même pas un peu bouboule.

La vérité c’est que non, non, je ne comprends pas. Même si on n’arrête pas de dire que le milieu de la mode a changé, que ce n’est plus comme avant et que maintenant ils prennent des mannequins plus size dans toutes les agences. C’est triste de constater à quel point c’est faux. La chance que j’ai eue dans tout ça, c’est que moi, devenir mannequin, ce n’est pas mon ultime but dans la vie. Je me suis toujours dit : « Imagine une fille dont c’est le plus grand rêve, pis qui se fait dire la même chose que moi. À quel point ça doit la détruire. À quel point elle est susceptible d’avoir des troubles alimentaires… »

J’ai hâte de voir le jour où, les standards de beauté dans le milieu de la mode seront réalistes. Je ne dis pas de prendre des obèses dans tous les défilés (même si c’est beau des femmes rondes), juste de prendre des filles normales, de toutes les grandeurs, de toutes les formes et de toutes les couleurs. Ça nous éviterait de nous sentir comme des baleines échouées le lendemain des défilés de Victoria’s Secret et cie. Pensez à ça folks!