La tumultueuse saison des fêtes approche à grand pas, ce qui veut dire que votre temps sera aussi difficile à gérer que votre mère en pleine ménopause. Je ne vous ferai certainement pas un cours de gestion du stress, mais au-delà d’acheter tous vos cadeaux; trouver la petite robe parfaite et bien sûr boire un mezzo latte au lait de poule du Starbucks avant qu’ils les enlèvent du menu, je crois que passer un moment avec les êtres qui vous sont chers devrait être la priorité.

Cliché? Oui, mais pourtant, chaque année c’est la même chose. On est tiraillé entre nos familles et nos belles-familles et on a de la difficulté à réussir à voir nos différents groupes d’amis. Pourtant, ça ne devrait pas être si compliqué, on a des vacances pour nous aider?

Cette année, pour contrer cette malheureuse «fatalité», j’ai décidé de m’y prendre à l’avance. Je me suis dit que si je commençais à réserver mes dates tout de suite, je ne serai pas déçue le 2 janvier à mon retour au travail. Si je me fis à mes 22 années d’expérience, s’y prendre à la dernière minute pour réunir un peu moins d’une dizaine de copines c’est mission impossible.

Par contre, au risque d’en désillusionner quelques-uns, je me suis vite rendu compte que c’était tout aussi laborieux de s’y prendre à l’avance. Les gens ne connaissent pas tous leur horaire, ils ne voient pas l’urgence alors il ne revienne pas rapidement avec leurs disponibilités, tout ça en plus de réaliser que tout le monde est occupé les fins de semaine parce que : c’est Noël pour tous.

Même Doodle ne peut pas compétitionner avec la frénésie des fêtes et le regard heureux de ta grand-mère qui t’annonce du jour au lendemain : «tu vas être là au souper du 12?!»

Alors, au lieu de me battre avec le tout puissant mois de décembre, j’ai décidé de réviser ma première idée. Au lieu de prendre de l’avance, ce qui n’a jamais été ma force de toute façon, je vais plutôt tâcher de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour « être là » : pour être là au chalet, pour être là à Noël, pour être là au souper…

Et, «être là» ce n’est pas seulement physiquement, ç’est également être présente d’esprit. Si on est pour se voir qu’une seule fois, aussi bien faire en sorte d’apprécier le moment!

Alors, si je ne peux pas être là, je me dirai : «j’aurais dû le planifier»…