Les derniers mois ont pour moi été plutôt difficiles côté créativité. Mon cerveau était en panne sous toutes ses facettes. Comme si j’avais simplement arrêté de réfléchir à ce qui m’intéressait, ou comme si je n’avais plus vraiment d’intérêt pour ces intérêts qui m’étaient autre fois si chers. Comment expliquer que ce que je trouvais passionnant il y a quelques mois, me laisse maintenant complètement indifférente? Mes lectures, mes pensées, ma vie professionnelle, mes activités… Rien de tout cela ne m’éveille.

Pourquoi? Les raisons sont nombreuses : trop de travail, le stress, soucis personnels, paresse, fatigue, manque de concentration, absence de discipline, manque de motivation, objectifs flous… Ils ont tous défilé dans ma vie les uns après les autres. Ensemble, ils sont une machine à tuer la créativité. Mais comment s’en sortir? Comment retrouver cette créativité qui nous allume?

Je pense qu’il faut cultiver volontairement sa curiosité et consacrer notre attention à nos intérêts. Il faut examiner sous un oeil nouveau ce qui nous semble si familier. Un truc (que je m’efforce d’appliquer) est de prendre en note ce qui attire notre attention ou pique notre curiosité tous les jours. Les mettre par écrit est un excellent moyen de constater où se trouvent nos réels intérêts.

Ensuite, il faut apprendre à aimer TOUT ce que l’ont fait. Ce n’est pas chose facile, mais plus on se concentre et qu’on s’investit sur ce que l’on accomplit, que ce soit du ménage, la cuisine ou des travaux scolaires, plus on en tire du plaisir. Le contraire est aussi vrai : plus on néglige ou bâcle ce que l’on fait, plus vite l’ennui nous envahira.

Il est également important d’organiser son temps et de se laisser des moments libres, sans aucune obligation pour réapprivoiser sa créativité. Elle est là, mais on doit la laisser sortir, essayer de la comprendre et se laisser aller dans nos pensées.

Il n’y a rien de plus triste et plus frustrant qu’une créativité perdue. Les efforts que vous mettrez pour l’entretenir ou la raviver en valent donc la peine.

Dernièrement, j’ai recommencé à lire pour le plaisir, à dessiner, à m’accorder du temps de réflexion et je sens que ma créativité refait lentement surface. Ça fait du bien, croyez-moi!